lundi 7 janvier 2008

Sarkozy, les femmes et les personnes agées

Une petite réflexion concernant les résultats des sondages portant sur la cote de popularité de l'exécutif français, publiés ce matin.

La Tribune de Genève, bien informée, affirme que "la cote de Sarkozy s'effrite chez les femmes et les personnes âgées". Pourtant c'est précisément dans ces catégories que le vote Sarkozy avait été fortement majoritaire le 6 mai 2007, j'en parlais dans une note daté du 7 mai. Si la variable sexe n'était pas la plus clivante (52% de femmes, 54% des hommes avaient voté N. Sarkozy) la variable âge quant à elle revêtait un caractère tout à fait opératoire avec une population qui, passée la soixantaine, flirtait avec les 70% de vote Sarkozy.

Quand on sait que le vote systématique grandit avec l'âge (avant de décroitre après 80 ans, comme nous l'apprend l'INSEE dans sa dernière publication) et que la population va connaître un vieillissement sans précédent dans les décennies qui viennent(1/4 de la population aura plus de 60 ans en 2015, 1/3 en 2050), les gens de droite peuvent être rassurés. Quant aux autres, il risque de trouver le temps long...

Mais à court terme, le chef de l'Etat semble commettre une erreur stratégique, puisque ceux qui ont, en partie, fait son succès électoral, commence à lui tourner le dos. Et la Tribune de Genève de rajouter "l'«effet» Carla pèse sans doute sur une partie de l'électorat, qui n'imagine pas Carla Bruni jouer le rôle rassurant d'une Anne-Aymone Giscard d'Estaing ou d'une Bernadette Chirac."
No comment

A noter, pour remonter le niveau de ce billet, la publication dans le dernier numéro du Courrier des statistiques (INSEE) de deux notes de lectures très intéressantes :
- Les sondages : c'est pas sorcier - À propos de l'ouvrage « Les techniques de sondage », de Pascal Ardilly
- À propos de l'ouvrage collectif « Méthodes d'enquêtes et sondages - Pratiques européenne et nord-américaine »


Crédit photo : Fr@nçois sur Flickr

4 commentaires:

juste-pour-savoir a dit…

Ne doit on pas dire Mr Sarkozy?

Pierre Maura a dit…

Ah question intéressante !
Oui et non.

Non car nous ne sommes pas dans un pays de langue anglaise, et que "Mr" est littéralement la contraction de "Mister" et non "Monsieur" (qui contracté s'écrit "M.")

Oui car si l'on en croit la norme appliquée notemment depuis quelques années par les orthotypographes du très sérieux journal Le Monde, on doit donner dans le "M. Sarkozy".

Oui également si l'on adhère à la norme qui veut que l'on dise "M. Sarkozy" parce qu'il est encore vivant, et qui veut que l'on se permette des "Keynes", "Friedman" et autres "Bourdieu" parce qu'ils sont décédés.

Pour ma part je plaiderais :
- la paresse,
- l'effet d'un titre,
- le travail de mon inconscient...

M'est avis que pour me poser une question aussi précise, juste-pour-savoir doit déjà avoir eu ce type de discussion auparavant.

Anonyme a dit…

"l'enquête CSA (bizzarement le lien est mort sur le site de l'institut)"

si si ça marche sur le site, pas de manipulations sournoises :)
Dans l'url du lien il s'agit des "data2008" et non 2007.

Pierre Maura a dit…

C'était une erreur sur le site de CSA. Lundi j'ai bien essayé de remplacer data2007 par data2008 et ça ne marchait pas. Je répare le lien.