samedi 2 juin 2007

Travailler plus... pour mourir

Période de travail intense oblige, je ne peux contribuer à ce blog que de manière épisodique. Je promets de m'y remettre sérieusement dans quinze jours. Et à propos de travail, et comme la mode est au "travailler plus pour gagner plus", je trouve cette info assez intéressante : au Japon il existe le karoshi ou littéralement, la mort par surménage. C'est un phénomène reconnu depuis 1987 par le ministère de la santé, au Japon. Lisez plutôt ce court entrefilet paru dans Le Monde daté du 20 mai.
Le nombre de décès liés à un excès de travail a augmenté de 7,6 % en 2006, a indiqué, jeudi 17 mai, le ministère nippon de la santé. L'an dernier, 355 employés sont tombés gravement malades ou sont décédés (dont 147 d'une crise cardiaque ou d'une attaque cérébrale) et 819 ont été victimes de troubles mentaux qui ont conduit à 176 cas de suicide ou tentative de suicide. Pour prévenir ce qu'elles considèrent comme un fléau social, les autorités japonaises encouragent les employés à prendre des congés pour se consacrer à leur famille et à recourir au télétravail.

Le gouvernement japonais a par ailleurs lancé une campagne visant à inciter les salariés à limiter le recours aux heures supplémentaires... aux antipodes de la France.

2 commentaires:

Sarkomythe a dit…

C'est clair que les Japonais travaillent plus que les Français. C'est la culture du travail japonaise qui veut ça, là-haut travailler est un honneur et il faut en être à la hauteur...

Tu as raison, finallement, ça me fait penser à un certain Nicolas Sarkozy couplé avec sa valeur travail et son ultralibéralisme...

Pierre Maura a dit…

J'aurai peut-être l'occasion de revenir plus longuement sur la culture japonaise plus tard.

En ce qui concerne le travail au Japon, effectivement, un Japonais a travaillé en moyenne 1775 heures en 2005, contre 1535 pour un Français... Mais dans les deux pays la tendance actuelle est à la baisse.